4e Forum de la jeunesse UA-UE, le satisfecit du Ministre Sidi Tiémoko

Le ministre ivoirien de la promotion de la jeunesse, de l’emploi des jeunes et du service civique, Sidi Tiémoko Touré a exprimé sa satisfaction à l’issue de ce Sommet dont les maîtres mots sont : mobilisation, implication et réussite.Le ministre ivoirien de la promotion de la jeunesse, de l’emploi des jeunes et du service civique, Sidi Tiémoko Touré et  Madame Francine MUYUMBA, Présidente de l’Union Panafricaine de la Jeunesse.

Sharing is caring!

Le rideau est tombé ce mercredi sur le 4e Forum de la jeunesse Afrique – Europe qui s’est tenu trois jours durant à Abidjan. Le ministre ivoirien de la promotion de la jeunesse, de l’emploi des jeunes et du service civique, Sidi Tiémoko Touré a exprimé sa satisfaction à l’issue de ce Sommet dont les maîtres mots sont : mobilisation, implication et réussite.

Dans son discours de clôture que vous propose Libre Tribune en intégralité, il a félicité les jeunes pour la pertinence des recommandations qui ont sanctionné la fin des travaux et plaidé « auprès de nos décideurs pour l’adoption d’une ‘‘Garantie Jeunesse Afrique-Union Européenne’’ ».

 

  • Excellence Monsieur le Premier Ministre, Représentant Son Excellence Monsieur le Président de la République,
  • Monsieur l’Inspecteur Général d’Etat,
  • Mesdames et Messieurs les Ministres,
  • Madame Birgitte MARKUSSEN, Directrice Afrique à l’Union Européenne,
  • Madame Joséphine Charlotte MAYUMA KALA, Représentante Spéciale de l’Union Africaine en Côte d’Ivoire,
  • Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, Membres du Corps Diplomatique accrédité en Côte d’Ivoire,
  • Chers Partenaires Techniques et Financiers,
  • Mesdames et messieurs les Directeurs Généraux et Centraux d’Administration,
  • Madame Francine MUYUMBA, Présidente de l’Union Panafricaine de la Jeunesse,
  • Monsieur EDIMA N’Guessan Emmanuel, Président de la Conseil National des Jeunes de Côte d’Ivoire,
  • Chers amis jeunes de l’Union Européenne,
  • Chers amis jeunes du Continent Africain,
  • Chers amis de la presse nationale et internationale,
  • Mesdames et Messieurs, en vos rangs grades et qualités.

Soixante-douze heures après l’ouverture des travaux, nous voilà au terme de notre sommet. C’est avec fierté que je prends la parole en tant que Ministre en charge de la Jeunesse, pour remercier nos jeunes pour la qualité des conclusions des travaux.

Cela renforce d’avantage mon engagement à œuvrer à leurs côtés dans la quête quotidienne d’un mieux-être, car je puis dire sans le risque de me tromper, que nous avons ‘‘une jeunesse mature’’.

Chers jeunes Félicitations, veuillez-vous applaudir……

Mesdames et messieurs,

Je débuterai mon propos par cette citation du célèbre écrivain et poète Allemand Hermann Hesse, qui dit et je cite : « La jeunesse a besoin de pouvoir se prendre au sérieux ».

Oui !!! cette jeunesse venue d’Afrique et d’Europe, nous l’a si bien montré pendant ces trois jours d’intenses travaux, avec des recommandations pertinentes, comme vous avez pu l’entendre au travers de la déclaration.

En effet, au cours de ce sommet, six thématiques majeures et non des moindres ont été abordées :

  • Gouvernance, inclusion politique et démocratique, et activisme
  • Création d’emplois, entrepreneuriat et business
  • Préservation de l’environnement et changement climatique
  • Éducation et compétences
  • Culture et arts
  • Paix et sécurité ; y compris la lutte contre l’extrémisme violent et la radicalisation.

Mesdames et messieurs,

Comme vous pourrez le remarquer, ce sont des thématiques majeures qui touchent au quotidien de notre jeunesse et que les jeunes d’Afrique et d’Europe ont librement choisi, en vue de partager leur point de vue sur des éventuelles solutions visant à améliorer leur environnement.

Avant la tenue prochaine du Sommet des Chefs d’Etats, ici en Côte d’Ivoire, en ma qualité de Ministre en charge de la Jeunesse dans le pays hôte, permettez que je me fasse l’écho du plaidoyer des jeunes pour l’amélioration de leur prise en charge dans la gestion quotidienne de nos Etats.

Nous avons tous entendu le cri de cœur de la Jeunesse d’Afrique et d’Europe, nous avons tous entendu le cri de cœur des dirigeants de demain et nous avons tous entendu le cri de cœur de générations à venir.

En donnant une suite favorable à ces recommandations faites par la jeunesse, nous les mettrons face à l’histoire qui retiendra qu’opportunité leur a été donnée, d’améliorer leur environnement et donc ils ont la pleine responsabilité de sensibiliser leurs pairs sur les engagements qu’ils prendront également à leur niveau, pour cet avenir qu’ils réclament tant.

Mesdames et messieurs,

Gandhi avait l’habitude de dire : « Tout ce que vous faites pour moi sans moi, vous le faites contre moi ».  Cela, il le disait pour traduire l’échec des projets de développement qui selon lui, proviennent souvent de la manière dont les décisions sont prises.

Toujours selon lui, « les animateurs des projets et les donateurs ont tendance à penser et à décider à la place de la population sans se référer à son avis. En effet, tenue à l’écart dans les prises de décisions, la population ne se sent pas partie prenante de leur exécution et se désintéresse du projet auquel elle avait donné son adhésion.

Pour qu’une population s’intéresse à une activité, il faut nécessairement l’associer intimement à l’identification des besoins et à la détermination des priorités, à la recherche des solutions et à la prise des décisions ». Fin de citation.

C’est à juste titre que Madame Birgitte MARKUSSEN disait dans son propos à la cérémonie d’ouverture « nous comptons sur les jeunes pour construire l’avenir. Cependant, ils doivent se donner eux-mêmes les moyens pour se construire. Soyez créatifs et amenez les décideurs à agir par la qualité de vos propositions ».

Mesdames et Messieurs,

Au nom de tous mes pairs en charge de la Jeunesse, Permettez-moi de féliciter l’Union Africaine et l’Union Européenne, pour cette opportunité qu’ils donnent aux jeunes depuis maintenant dix ans, de se prendre en charge à travers leur participation aux réflexions sur des sujets les concernant directement.

Mesdames les Représentantes de l’UA et de l’UE, je joins ma voix à celle des jeunes pour dire MERCI à vos institutions respectives et à vous singulièrement, pour vos conseils avisés.

Mesdames et messieurs,

Voilà faites les recommandations de nos jeunes, qui demandent

  • une meilleure prise en compte dans nos politiques gouvernementales,
  • la création de plus d’opportunités d’emplois principalement à travers la promotion de l’auto-emploi, et des conditions fiscales plus souples et plus attrayantes,
  • une meilleure implication des jeunes dans la mise en place de nos dispositifs respectifs de lutte contre le changement climatique avec entre autres la promotion des emplois verts
  • l’amélioration de la formation technique et professionnelle, en adéquation avec le monde du travail, mais également un meilleur encadrement au niveau de l’éducation de base afin de réduire considérablement les taux d’abandon scolaire; et enfin,
  • assurer une meilleure promotion de nos valeurs artistiques et culturelles.

Je puis vous assurer que l’ensemble de ces recommandations traitées avec diligence dans un environnement sain, auront pour effet de garantir la paix, la sécurité et améliorer la lutte contre l’extrémisme violent, la radicalisation et l’immigration clandestine.

Mesdames et messieurs,

Ces maux qui sont d’actualité et qui minent nos sociétés aujourd’hui, ont pour principales victimes les jeunes, dans une moindre mesure les jeunes de l’Europe, mais en grande partie ceux issus du continent Africain. Il faut donc une synergie d’action afin de voir les jeunes d’Europe moins vulnérables à l’extrémisme violent et à la radicalisation, et ceux d’Afrique plus stabilisés dans leurs pays respectifs avec des opportunités d’emplois accrues et la réduction de la migration clandestine.

Oui !! Mesdames et messieurs,

Ces difficultés rencontrées par nos jeunes en font des personnes vulnérables qui ne demandent qu’à vivre dans un monde meilleur, avec une égalité de chances.

Chers jeunes,

A l’entame de mon propos, je vous remerciais pour la qualité des conclusions de vos travaux. Il vous revient d’ores et déjà de porter l’ensemble de ces recommandations à vos pairs de vos pays respectifs afin que ces propositions ne soient pas portées seulement par un petit groupe de jeunes, mais plutôt par l’ensemble des jeunes des deux continents.

C’est à juste titre que j’engage les Présidents des Conseils Nationaux de Jeunesse de chacun des pays ici représentés, à se faire les porte-voix des conclusions des présents travaux, comme l’a recommandé Mme Birgitte MARKUSSEN et je cite « jeunes, soyez la voix des sans voix. »

Aussi, pour reprendre les mots de Madame Joséphine Charlotte MAYUMA KALA: « ce sommet est une plateforme importante dont l’objectif est de maximiser l’impact des recommandations grâce à l’initiative ‘‘Plug In’’ qui vise à associer les jeunes aux débats politiques en tant que programmeurs ». Tout cela traduit bien la place que sont prêts à vous accorder les décideurs de ces deux continents. Tenez-vous donc prêts à faire votre part, une fois que les recommandations seront et je le souhaite, totalement adoptées par le prochain Sommet des Chefs d’Etats, comme en témoigne les différents engagements pris auparavant à travers :

  • le plan d’action de la deuxième décennie de l’éducation (2006-2015), qui souligne la nécessité d’augmenter la qualité de l’éducation en Afrique à tous les niveaux ;
  • la Charte Africaine de la Jeunesse, adoptée en 2006 et ratifiée en 2009, qui recommande une pleine reconnaissance des défis importants et des grandes opportunités pour les jeunes, ainsi que des efforts à faire par la plupart des pays africains pour impliquer la jeunesse dans la vie politique et dans les processus de prise de décisions ;
  • les déclarations des années 2009-2018 dites Décennies de la Promotion de la Jeunesse, en harmonie avec le consensus international sur l’Année internationale de la Jeunesse 2010, proclamée par la Résolution 64/134 adoptée lors de la 64ème Session Ordinaire de l’Assemblée Générale des Nations Unies,
  • les Objectifs du Développement Durable (ODD) basés sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), avec pour finalité de lutter au niveau mondial contre la pauvreté, d’améliorer le taux de scolarisation dans l’enseignement primaire, d’améliorer la santé des populations.
  • la Déclaration de Praia à la Conférence des Ministres de la Jeunesse et des Sports des pays ayant en partage le Français (CONFEJES) en 2006, qui a décidé de prendre acte du document intitulé: «La Valorisation des Ressources Humaines pour  un  Développement durable», comme cadre  de  référence et stratégique pour la formation des cadres au sein de la CONFEJES et d’accorder la priorité à la qualité et à la diversification de la formation des formateurs, à travers la mise en place des nouveaux programmes de niveau Licence et Master ;
  • les engagements de Bakou en 2014, sur les politiques de jeunesse, qui recommandent aux Etats de promouvoir et soutenir les Politiques Nationales de Jeunesse.

Mesdames et messieurs,

C’est sur ces mots pleins d’espoirs que je voudrais clore mon propos, en remerciant d’abord les jeunes pour la forte mobilisation et le niveau d’implication pour les travaux du 4e Sommet de la Jeunesse Afrique-Union Européenne, et ensuite, en faisant le plaidoyer auprès de nos décideurs pour l’adoption d’une « Garantie Jeunesse Afrique-Union Européenne ».

Je vous remercie de votre attention.

 

                                                                                            MONSIEUR SIDI TIEMOKO TOURE,

                                                                                            MINISTRE DE LA PROMOTION DE LA JEUNESSE,

                                                                                            DE L’EMPLOI DES JEUNES ET DU SERVICE CIVIQUE

 

Sharing is caring!

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *