Les raisons de la pénurie de sucre sur le marché ivoirien

Sucre blanc

Sharing is caring!

Le constat est général sur le marché ivoirien. Le sucre se fait rare sur les étalages, dans les grandes et petites surfaces. Les ivoiriens ne se sucrent plus l’organisme à satiété. La pénurie est réelle, l’inflation aussi !

Les premières plaintes sont apparues sur les réseaux sociaux. Sur Facebook, un internaute ivoirien, décriait le fait que le prix du kilogramme de sucre serait passé de 850 FCFA à 1000 FCFA, voire plus. Soit une majoration de 150 FCFA du prix plafond fixé par le gouvernement ivoirien, auquel le consommateur final doit acheter le kilo de sucre. Et pour quelle raison ?

Un manque à gagner

L’optimisme affiché au mois de mai par les entreprises de la filière sucre face aux résultats mitigés du premier trimestre de l’année, n’aura pas suffi pour satisfaire le marché ivoirien.

En effet les deux principales entreprises Ivoirienne de sucre n’ont pas pu atteindre leurs objectifs annuels de production.

Sucrivoire, sur un objectif de de 95 mille tonnes pour l’année 2017  a pu réaliser au final une production tournant autour des 88 mille tonnes donc un manques à gagner de 8 à 9 milles tonnes. Même son de cloche chez le concurrent.

A Lire  : Sucrivoire optimiste pour 2017

Sucaf CI en l’occurrence, qui dans son agenda de production avait prévu inonder le marché ivoirien de 120 mille tonnes de sucre a plutôt connu un gap d’environ 10 milles tonnes.

Soit un total 20 mille tonnes de manque à gagner pour couvrir la consommation en sucre des ivoiriens. Un problème dû, selon les acteurs, à l’ensoleillement, l’auto-évaporation et la répartition non propice  de la pluviométrie à la canne à sucre.

Des actions correctives

Pour pallier à l’inflation que connaît le sucre sur le marché ivoirien, les responsables des deux entreprises productrices de cette denrée  alimentaire ont engagé des négociations avec le gouvernement ivoirien afin d’importer du sucre pour combler le gap.  

Ce sont donc 20 mille tonnes de sucre qui ont été débarquées sur les bords de la lagune Ébrié pour soulager la poche du consommateur ivoirien.

Au-delà de cette action ponctuelle du tandem public-privé, Sucrivoire s’est lancée dans un chantier d’optimisation de ses capacités de production. L’entreprise devrait, selon les informations dont disposent Libre Tribune, atteindre la production de 160 mille tonnes de sucre au cours de l’exercice 2018.

Les capacités des deux entreprises mises ensemble, 2018 devra être meilleur. Mais pour l’heure, le sucre continue de manquer, les spéculations sur les prix également. Au grand dam du consommateur !

Rappelons que la consommation mensuelle des 23 millions d’ivoiriens est estimée à 18 mille tonnes de sucre.

Sharing is caring!

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *