Déguerpissement programmé de Gbatanikro, des propositions à la SICOGI

deguerpissement-programme-de-gbatanikro-des-propositions-a-la-sicogiConférence de presse du syndic du quartier Habitat Crown-D / Jeff Amann - Libre Tribune

Sharing is caring!

Le syndic du quartier Habitat Crown-D dans la commune de Treichville était face à la presse ce vendredi pour exprimer leurs inquiétudes et faire des propositions à la Société Ivoirienne de Construction et de Gestion Immobilière (SICOGI) face à leur déguerpissement programmé de ce site.

Connu sous le célèbre nom de Gbatanikro, les populations du quartier Habitat Crown-D, inscrit au programme de « rénovation du lotissement » de la SICOGI, ont fait connaître leurs propositions pour une libération à l’amiable des logements en location simple qu’elles occupent depuis belle lurette. Non sans rappeler brièvement les faits.

Selon Trayé Jules, Porte-parole du Syndic, les locataires ont reçu par voie d’huissier des exploits de congé le 19 avril 2018 avec pour échéance, le 20 juillet 2018. Suite à cela, plusieurs initiatives de médiation ont été entreprises par le Syndic et l’Union des Jeunes de l’Habitat Crown-D (UJHC), à l’issue desquelles une négociation à travers une commission tripartite a été engagée. Elle réunissait la Marie de Treichville, les représentants de locataires et la SICOGI. Comme on peut le lire sur le compte rendu des réunions des 21 et 28 juin 2018 de ladite commission qui se sont tenues dans les locaux de la Direction des services sociaux, culturels et de la promotion humaine de la mairie de Treichville.

A lire aussi : Cocody-Danga entre tristesse et espoir après le déguerpissement

Le même document fait mention de 410 logements pour Habitat Crown-D et 146 pour Habitat Autoroute, situé sur même espace géographique. Soit 556 logements concernés par l’opération de la SICOGI pour laquelle les discussions tripartite ont eu cours jusqu’au 13 septembre 2018. Date de suspension des négociations sans toutefois avoir pu « harmoniser les différents points de pour une solution efficace honorant toutes les parties ». Seul point à l’ordre du jour depuis la première rencontre des parties prenantes. Fait savoir Trayé Jules, le quadragénaire qui appelle de tous ses vœux la reprise des négociations et l’implication des autorités compétentes pour le recasement des habitants Gbatanikro. Une population estimée à plus de 15 000 âmes par le président du Syndic, Doh Kaboué Michel, sur une superficie de 6,5 hectares. Soit 65 000 m² de terrain que la SICOGI souhaite rénover dans cette commune lagunaire au sud d’Abidjan, qui abrite une partie du Port Autonome d’Abidjan, une industrie agro-alimentaire ainsi que plusieurs maisons de l’industrie automobile.

Propositions et contre-propositions

Dans un courrier de la SICOGI intitulé « Offre pour un départ amiable » daté du 4 octobre 2018, la société anonyme d’économie mixte propose un protocole d’accord aux locataires. En dépit de la suspension, trois semaines plus tôt, des négociations visant à vider le contentieux. S’étonnent les habitants, à travers le porte-parole du Syndic, Trayé Jules.

En substance, la SICOGI propose pour « La libération à l’amiable » des logements occupés, « L’octroi d’une aide financière au relogement » d’un montant d’un million de FCFA pour les logements de type deux pièces ou la somme de 1,25 million de FCFA pour les logements de trois pièces.

Par ailleurs, la SICOGI abandonne les arriérés de loyer pour les locataires qui accèdent au protocole d’accord, avec un droit de priorité à leurs accorder en cas de souscription à une opération immobilière de la société. Le délai pour la signature de l’offre a été fixé au 30 octobre 2018. Autrement, la SICOGI se réserve le droit d’ « Utiliser tous les moyens de droit pour obtenir leur déguerpissement. » Et ce, « Dès la première semaine de décembre 2018. »

Face à cette menace de démolition et à ces mesures d’accompagnements de la SICOGI, les locataires remettent sur la table des négociations, les propositions déposées au siège de la société sous forme de courrier le 24 juin 2018 par l’UJHC, mandatée par le Syndic selon le principal animateur de la conférence, Trayé Jules.

Il s’agit de « L’annulation des exploits de congé attribués aux locataires » et du « Relogement des locataires », suivant les trois points suivants :

« La subvention à moitié prix par le Gouvernement ivoirien des logements sociaux pour le recasement des locataires et établir un échéancier pour le reste à payer par ceux-ci » ;

« L’achat des logements sociaux par le Gouvernement en accord avec la SICOGI et les proposer en location-achat aux actuels locataires de Habitat Crown-D. » ;

« Le financement des logements sociaux par l’investissement des probables mesures d’accompagnement auprès d’une banque qui s’en servira pour acheter des logements sociaux afin d’y recaser les locataires qui les payeront par échéancier ».

Les locataires qui consentent à libérer les logements si les conditions humainement acceptables de leur déménagement et installation sur un nouveau site sont réunies. Ils en appellent à la médiation du Gouvernement ivoirien et la compréhension de la Direction générale de la SICOGI. Ils se disent soucieux de l’avenir de leurs enfants en pleine année scolaire et des personnes du troisième âge, sans ressource, dont certains vivent dans ces logements depuis les années 50. Aux dires du président du Syndic Doh Kaboué Michel, surnommé « La bibliothèque » de Gbatanikro.

Pour mémoire, une affaire similaire qui opposait les habitants de Danga Bel-Air à la SICOGI dans la commune de Cocody, a abouti au déguerpissement de ceux-ci, suivi de la démolition de logements en question début mai 2018. Un précédent !

A lire aussi : Déguerpissement à Cocody Danga 

 

Sharing is caring!

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *