Le comité consultatif inter pays de l’OCAL se réunit à Abidjan

ocal-comite-consultatif-reunit-abidjan4e réunion du CCIP de l'OCAL / CCO - Libre Tribune

Sharing is caring!

Le Comité consultatif inter pays (CCIP) de l’Organisation corridor Abidjan-Lagos (OCAL) s’est réuni les 8 et 9 août à Abidjan pour faire le bilan des activités de l’organisation.

Les membres de la commission santé se sont une nouvelle fois donnés rendez-vous dans la capitale économique ivoirienne à l’occasion de la 4e réunion du CCIP. Le but de cette rencontre de haut niveau, faire le point sur le processus de dévolution des services et discuter de la pérennité de l’organisation. Ce, après avoir échangé avec les parties nationales sur les activités mises en œuvre sur le long du corridor Abidjan-Lagos.

Des objectifs ressortis du discours inaugural du Secrétaire Exécutif (SE) de l’OCAL, Idissa Koné, sous l’œil vigilant de Mme Abalo Aklaï, Responsable de l’Unité IST-IC du PNLS-IST du Togo, par ailleurs représentante du Pr. Dagnra, Président du CCIP.

Rappelant la 3e réunion de mai 2018 à Abidjan,  le SE a invité ses pairs  à « discuter pour proposer des pistes de solutions concrètes face aux difficultés » que sont « L’approvisionnement des sites en intrants médicaux et la mise en œuvre des activités sur le long du corridor par les ONG financées par les parties nationales ».

En ce qui la pérennité de l’organisation les discussions devraient s’accentuer sur la « Transformation des Unités d’Informations en centre de santé de premier contact et la surveillance des épidémies aux frontières y compris le partage transfrontalier des informations sanitaires » pour en évaluer l’évolution et recueillir les avis et suggestions, selon le Secrétaire Exécutif.

A lire aussi : OCAL – Une rencontre régionale d’échanges s’est ouverte à Abidjan

La Côte d’Ivoire qui a un profil relativement similaire aux autres pays membres de l’OCAL (Ghana – Bénin – Nigéria – Togo), « L’épidémie du VIH touche la population générale avec une prévalence de 2,8 % dans la tranche d’âge de 15 à 49 ans. Mais la prévalence est encore élevée chez les populations clés, allant de 7,9 % chez les populations carcérales à 11,6 % chez les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes » a souligné Kouassi Joëlle, Représentante du Directeur Coordonnateur du PNLS*.

Au nom du Pr. Ehui Eboi, elle a salué la contribution efficiente de l’OCAL dans la lutte contre le Sida à travers des conseils au dépistage du VIH ; prise en charge des IST ; prise en charge psychologique ; communication pour le changement de comportement… à l’endroit des populations vulnérables et les populations clés.

A savoir les Professionnelles du Sexe (PS), les Hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes (HSH), les routiers, les migrants, les jeunes filles/femmes, les Utilisateurs de Drogue Injectable (UDI) et les Personnes vivant avec le VIH (PVVIH).

Le CCIP faut-il le rappeler, fournit des conseils techniques et pratiques au Comité directeur, l’organe délibératif de l’OCAL, ainsi qu’au Secrétariat exécutif de l’Organisation. Il est constitué de deux commissions (Santé et  Transport) et composé de dix membres à raison de deux membres par pays. Tous issus des structures publiques ou privées opérant dans le secteur de la lutte contre les IST/VIH/Sida (Santé), la facilitation et la circulation des personnes et des biens (Transport).

 

PNLS : Programme national de lutte contre le Sida de la Côte d’Ivoire.

Sharing is caring!

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *