Numérique, le citoyen au cœur d’un cadre d’échanges haut niveau

Le panel de la première édition de l'Ansut Afterwork Numérique

Sharing is caring!

« Quel citoyen pour une économie numérique plus performante ? », le thème qui a réuni ce vendredi les acteurs ivoiriens du numérique, dans un nouveau cadre d’échanges de haut niveau dénommé ‘‘Afterwork Numérique’’.

Cet évènement mensuel de deux (2) heures autour des activités, programmes et projets du numérique en Côte d’Ivoire est une initiative de l’Agence Nationale du Service Universel des Télécommunications (ANSUT) dirigée Euloge Soro-Kipéya.

Pour cette première édition, la plateforme de rencontres, d’échanges et de networking de haut niveau a eu comme principaux animateurs Bruno Nabagné Koné, Ministre de la Communication de l’Economie Numérique et de la Poste, Docteur Hamadoun Touré, Directeur Exécutif de Smart Africa , Yacine Barro, Directrice générale Microsoft pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre ainsi que Patrick M’Bengue, Président du Gotic-CI, modérateur du panel.

Successivement, et de façon unanime ces acteurs clés du numérique en Afrique ont tous crié la nécessité de faire du citoyen le cœur des enjeux de transformation dans les différents pays africains. Oui, le capital humain est un impératif pour développer une économie numérique performante en Afrique. Subséquemment, l’accent doit être mis sur la formation du citoyen dans tous les secteurs d’activités du numérique, en plus des politiques d’infrastructures, d’accessibilité et de contenus pour le développement d’un écosystème digital favorable.

A lire : ‘‘Ansut blog camp’’, la caravane de la culture numérique

« Les technologies sont une richesse pour nos pays en développement.
Là où les autres ont marché, nous pouvons faire des bonds et rattraper notre retard.
Il faut convaincre nos jeunes que les outils de la technologie sont producteurs de richesse », a déclaré le ministre Bruno Koné, non sans rappeler le potentiel que représente le numérique en Côte d’ivoire et les efforts du gouvernement ivoirien pour faire de « l’accès à Internet un droit fondamental » mais dans un cadre règlementaire.

« En Côte d’Ivoire, ce sont 17 millions de personnes connectées à Internet et 32 millions d’abonnés au téléphone (…). Nous avons pris une loi pour dire qu’Internet est libre en Côte d’Ivoire. Mais la Côte d’Ivoire n’est pas que numérique. Il faut donc tenir compte des autres lois dans la liberté d’expression » a prévenu Bruno Nabagné Koné.

A lire : Un jeune Ivoirien condamné pour avoir incité à la haine sur les réseaux sociaux

Prenant la parole à la suite du ministre ivoirien, Docteur Hamadoun Touré a également insisté sur le potentiel du marché africain en matière d’économie numérique et surtout la volonté de Smart Africa de travailler à « un marché commun du numérique en Afrique ». Il a par ailleurs invité les jeunes à saisir ces opportunités par le travail et la réflexion à des solutions innovantes. Convoquant la problématique du recouvrement des impôts dans les pays africains, et notamment en Côte d’Ivoire, il a cité l’exemple du Kenya, un modèle de réussite dans le domaine. « 98% de recouvrement des taxes grâce au numérique. »

Quant à Yacine Barro, elle a d’entrée de jeu tenu à « gommer » les idées reçues à propos « la guerre du libre ». De guerre, il n’en existe pas, bien au contraire « Microsoft est l’un des plus gros contributeurs de Linux », le système d’exploitation libre (open source). Cette précision faite, la Directrice générale dont l’entreprise « Microsoft est présente dans 120 pays avec un chiffre d’affaires annuel d’environ 94 milliards de dollars » n’a pas dérogé à la règle de la rencontre d’échanges : développer un écosystème d’innovation par le citoyen, et pour le citoyen.

Portée sur l’innovation, « Microsoft a financé 55 startups et elles génèrent 5,1 millions de dollars de chiffre d’affaires par an » et souhaite voir éclore encore plus startups, de coworking space et d’accélérateurs capables d’impulser la transformation numérique en cours en Afrique par des projets porteurs de changement.

Le public de l’Ansut Afterwork Numérique

 

Les participants pour leur part, ont passé en revue les questions liées à la promotion des actions du ministère de l’économie numérique, à la vulgarisation des services et des projets de l’Ansut et surtout à la sensibilisation des populations à l’usage des TIC afin que le citoyen puisse véritablement s’approprier le secteur du numérique et performer.

En marge de l’évènement, la Côte d’Ivoire a désormais le permis informatique international avec l’inauguration officielle du centre ICDL par le Ministre de la Communication de l’Economie Numérique et de la Poste, Bruno Nabagné Koné.

Inauguration officielle du centre ICDL

 

(*) : Groupement des opérateurs du secteur des technologies de l’information et de la communication de côte d’ivoire

Sharing is caring!

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *