Une solution au profit du cacao lauréate du Falling Walls Abidjan

Article : Une solution au profit du cacao lauréate du Falling Walls Abidjan
7 octobre 2019

Une solution au profit du cacao lauréate du Falling Walls Abidjan

Les lauréats du concours Falling Walls Lab 2019 sont connus depuis mercredi à Abidjan. La première place revient au jeune chercheur Saman Hervé Koua avec sa solution au profit du cacao et des agriculteurs.

Saman Hervé Koua, doctorant en sciences et technologie des aliments, option microbiologie à l’Université Nangui Abrogoua a été désigné le 2 octobre vainqueur de la 3e édition du Falling Walls Lab. Et ce, grâce à sa solution à base de bactéries de lutte contre les maladies des plants de cacao.

Il arrive ainsi en tête de peloton à l’issue d’une compétition qui l’a mis aux prises avec quinze autres candidats, dont Kanga N’Gessan Martial, deuxième avec son projet ‘‘Technique du PIF’’ pour la multiplication des semences biologiques d’ananas et Kouassi N’Da Edith, troisième, promotrice d’une solution de transformation des déchets plastiques en couvert de revêtement de sol (carreaux, pavés, dalles…).

A lire aussi : C’est reparti pour la compétition de pitch Falling Walls Lab Abidjan

Saman Hervé Koua ira représenter la Côte d’Ivoire en novembre en Allemagne, lors de la finale mondiale du concours Falling Walls, organisé par la Fondation Friedrich Naumann regroupant les jeunes chercheurs, inventeurs et entrepreneurs ayant des idées innovantes capables de changer la vie des entreprises et des communautés. Il affirme à cet effet :

« Je suis heureux, très content d’avoir été désigné par le jury vainqueur de cette finale. J’irai représenter en novembre la Côte d’Ivoire à Berlin en Allemagne et je ferai tout mon possible pour faire remarquer positivement mon pays »

Une solution au profit du cacao

Interrogé à chaud par Libre Tribune, l’heureux gagnant a expliqué sa solution à base de bactéries de lutte contre les maladies des plants de cacao.

Il s’agit de bactéries utilisées comme des bio-pesticides pour lutter contre les maladies au niveau du cacao. Notamment contre le Swollen shoot, contre la pourriture brune, contre la pourriture racinaire. Ces bactéries ont la capacité de lutter contre ces moisissures pour une bonne croissance et une meilleure production du cacao.

« La bactérie s’appelle Bacillus subtilis, une bactérie non pathogène reconnue par les États-Unis d’Amérique et testée à l’Institut Pasteur d’Abidjan », explique le doctorant de microbiologie alimentaire.

Sujet de thèse Saman Hervé Koua s’intéresse à cette problématique pour apporter, selon ses termes, « une solution dans la cacao-culture ». Il ambitionne de produire à une échelle industrielle pour aider les agriculteurs à traiter et entretenir leurs exploitations afin d’augmenter leurs productions. Car « la Côte d’Ivoire est certes premier producteur de cacao, mais il y a énormément de pertes de récolte du fait des maladies », déplore-t-il.

En effet, la Côte d’Ivoire, numéro un mondial dans la production de fèves de cacao avec 2,2 millions de tonnes, soit plus de 40 % de la production mondial, est confrontée à la maladie du Swollen shoot depuis 1943. Décrite pour la première fois dans la zone Est à Sankadiokro (département d’Abengourou) et Kongodia (département d’Agnibilékro), cette maladie virale entraine de grave conséquence sur la cacao-culture ivoirienne.

A titre d’illustration, ce sont 2214 hectares de plants de cacaoyers arrachés en 2018, dont 1045 ha ont dans le département de Gagnoa, 813 ha dans celui de Sinfra et 356 ha à Oumé, selon la délégation du Conseil café cacao de Gagnoa (Ouest).

A lire aussi : Bab’Innov, un programme d’appui à l’innovation en Côte d’Ivoire

 

Partagez

Commentaires