La technologie Starling pour contrer la déforestation en Côte d’Ivoire

Article : La technologie Starling pour contrer la déforestation en Côte d’Ivoire
2 décembre 2019

La technologie Starling pour contrer la déforestation en Côte d’Ivoire

Pour faire face à la déforestation démesurée en terre ivoirienne, la Société de Développement des Forêts (SODEFOR) a fait le choix de Starling, une technologie satellitaire de haute résolution. Une solution implémentée dans la forêt classée de Cavally et présentée au Salon international de l’agriculture et des ressources animales d’Abidjan (SARA) 2019.

Axée sur l’agriculture intelligente et les innovations technologiques dans l’agriculture africaine, la 5e édition du SARA a dédié la journée du mardi 26 novembre aux eaux et forêts. A cette occasion, le Ministère de tutelle et ses partenaires de se pencher sur la question des « Innovations technologiques pour la gestion durable des ressources forestières, fauniques et en eau ».  Plusieurs projets dont Starling ont été présentés, ainsi que les résultats qui en découlent.

Starling, au-delà de la cime de Cavally

La technologie satellitaire Starling est un projet de surveillance spatiale de la forêt de Cavally. Cette technologie combine images satellites haute résolution et images radar, en vue de permettre une surveillance non biaisée des modifications du couvert forestier ivoirien. Surtout celles en dessous de la canopée, dans une synergie d’actions de la SODEFOR, commanditaire du projet ; du français de l’aéronautique Airbus, interface spatiale et de Earthworm Foundation, chargé des données terrestres.

Gerome Tokpa, Senior Manager de la Fondation, explique la méthodologie des agriculteurs clandestins pour détruire les forêts classées.

« C’est sous l’épais couvert feuillu des arbres (la canopée) que les agriculteurs défrichent pour planter le cacao. Au début, les plants de cacao ont besoin de l’ombre des grands arbres qui composent le couvert forestier pour se développer. Lorsque les plants de cacao grandissent et commencent à faire des fleurs et des fruits qu’ils ont besoin de plus de lumière, les plus gros arbres de la forêt sont détruits par les planteurs illégaux. Il est alors trop tard pour éviter la déforestation ».

Des résultats satisfaisants grâce à Starling

La forêt de Cavally était victime selon la SODEFOR, d’une déforestation conduite sous la canopée et plongée dans une situation difficile à préserver. Située à Zagné dans la sous-préfecture du département de Guiglo (Ouest), elle est l’une des 234 forêts classées de la Côte d’Ivoire et s’étend sur une superficie de 67 593 hectares.

La situation de la forêt de Cavally s’est beaucoup améliorée depuis l’implémentation de ce projet de surveillance spatiale a appris Libre Tribune au cours de cette journée d’échanges.

A lire aussi : Climackathon, réflexions autour des changements climatiques à Abidjan

De décembre 2017 à juillet 2018, grâce à la technologie Starling, les trois acteurs revendiquent à leur actif une carte de référence à jour de la forêt de Cavally ; la détection avec un taux de précision de 95 % des perturbations subies par ladite forêt et l’émission régulière d’alertes par Starling à chaque défrichement de la forêt.

Des performances qui ont permis à la SODEFOR de prendre des mesures rapides et ciblées, notamment des destructions de plantations illégales. Earthworm Foundation a constaté une diminution de 7,4 % du taux de dégradation de la forêt sur toute l’année 2018 et le premier semestre de 2019.

Pour le colonel Mamadou Sangaré, directeur général de la SODEFOR, ces résultats sont « un signe d’espoir dans l’atteinte des objectifs de reconstitution du couvert forestier ivoirien ». Il s’en réjouit et « espère que les actions de surveillance satellitaire combinées aux missions de terrain qui s’effectuent dans la forêt de Cavally puissent s’étendre aux autres forêts du pays ».

Une disparition de 110 000 hectares par an !

La problématique de la déforestation inquiète l’État ivoirien. De 16 millions d’hectares de forêts dans les années 1990, la Côte d’Ivoire disposait de seulement 3,4 millions d’hectares de forêts en 2015. Soit un rythme de disparition de 110 000 hectares par an, 200 000 depuis les années 2000 selon les experts de la question.

A ce jour seulement 11 % du territoire ivoirien bénéficie d’un couvert forestier. L’État ivoirien à travers le gouvernement, ambitionne le hisser à 20 % à l’horizon 2030. Le ministre Alain Richard Donwahi a à cet effet, initié en novembre dernier une campagne de planting d’un million d’arbres. L’objectif est fixé à 5 millions d’arbres pour mars 2020.

A lire aussi : Clap de fin du 2e ‘‘marathon du climat’’ à Abidjan

Partagez

Commentaires